Atlantis – Grand Ouest – Massy, France

2011 › 2018 Concours

Nous sommes au centre d’un pôle majeur du Grand Paris sud. Dans notre étude du Grand Paris, nous avions identifié Massy comme un point déterminant du rhizome sud. (Le terme rhizome indique les réseaux entre pôles urbains de la périphérie qui échappent aujourd’hui, pour une grande part, à la logique centrifuge qui a caractérisé longtemps Paris à partir de son centre historique.)
Lieu d’un des développements les plus dynamiques de la métropole, Massy est, avec sa gare, une des trois portes majeures parmi les huit de la métropole en devenir. Chaque jour, des milliers de franciliens arrivent et partent de ce carrefour essentiel dans le maillage de connexions routières et ferroviaires parisiennes, franciliennes et nationales. Autour de la gare et de la future place du Grand Ouest converge et convergera toute la vie du centre d’une très grande ville. Ce quartier est ici conçu selon l’étude d’urbanisme, autour du thème de la rue et de la place. La place est la centralité physique. Nous proposons un système de quatre places et une placette se succédant à partir de la gare, de la rue du Grand Ouest et de la rue de Paris, afin d’affirmer une centralité fluide qui se dissémine et se lie au quartier en le ponctuant de lieux publics marquants, attirants et très repérables depuis tous les parcours.

L’unité de matériaux et d’éclairage des places vient assurer l’identité de ce quartier central. Ce système de places structure les lieux et établit une hiérarchie dans les usages, celle des gares étant “grand parisienne“, celle du Grand Ouest étant un cœur du rhizome Massy et autres “villes“. La place du Cèdre installe une “intimité“ remarquable sur le carrefour rue Ramolfo Garnier – rue de Paris, sur lequel nous trouvons une place-parvis marquant l’entrée de la rue du Grand Ouest, et du quartier Atlantis et des cinémas. Combiné aux rues qui prolongent naturellement l’existant alentour, ce réseau des espaces publics articule et dessert cinq îlots. La rue du Grand Ouest est l’épine dorsale de l’ensemble. Elle devrait au départ être ouverte à l’automobile comme aux piétons, afin d’être pratiquée, appropriée et connue de tous et, fière de son succès, elle pourra par la suite, devenir piétonne, ce qui confirmera une réussite de la vie du quartier comme centre.

PROGRAMME : Organisation urbaine et architecturale comprenant des équipements destinés au public, des logements, des commerces, des bureaux, un équipement hôtelier ainsi que les espaces publics attenants.

ARCHITECT-URBANIST : Christian de Portzamparc

AVEC : Elizabeth de Portzamparc, Badia Berger Architectes, VongDC Atelier Julie Howard

PAYSAGISTE : Péna&Peña

CLIENT : ALTAREA COGEDIM

SURFACES : 37 100 m2 de logement libre, 10 250 m2 de logement social, 7 500 m2 de cinéma, 6 760 m2 d’hôtel, 6 000 m2 de centre de congrès, 4 400 m2 de commerce, 2 500 m2 de supermarché, 2 200 m2 d’école maternelle.

Vidéo du 23 septembre 2016